EDK CDIP CDPE CDEP
EDK CDIP CDPE CDEP

Communiqué de presse du 17.11.2011

Davantage de diplômés au secondaire II:  recommandations approuvées par la CDIP

Berne, le 17 novembre 2011. En Suisse, le pourcentage de jeunes adultes titulaires d'un diplôme du secondaire II doit passer de 90 à 95 % d'ici à l'année 2015. Pour contribuer à atteindre cet objectif, la CDIP a approuvé, lors de son assemblée annuelle qui s'est tenue les 27 et 28 octobre 2011 à Stein am Rhein (SH), des recommandations adressées aux cantons.

Posséder un diplôme du secondaire II est aujourd'hui une condition indispensable pour une bonne intégration sociale et économique. Or un jeune sur dix ne dispose pas d'un tel diplôme et s'inscrit ainsi dans un groupe à risque.

Augmenter le pourcentage de diplômés au secondaire II est un objectif commun des différents partenaires de la formation professionnelle, à savoir la Confédération, les cantons et les organisations du monde du travail. Tous fournissent déjà de nombreux efforts dans ce sens, et depuis plusieurs années. En 2006, à l'invitation de la CDIP, ils ont convenu de s'engager dans leur domaine de compétence respectif pour que ce pourcentage passe de 90 à 95 % d'ici à l'année 2015.

Recommandations de la CDIP concernant la transition scolarité obligatoire – degré secondaire II

En promulguant, le 28 octobre 2011, des recommandations concernant la transition scolarité obligatoire – degré secondaire II, les cantons se sont déclarés prêts à continuer leurs efforts en vue d'augmenter le pourcentage de diplômés au secondaire II. Il s'agit donc d'abord, pour eux, de poursuivre ou d'étendre les mesures déjà en cours et non pas nécessairement d'en planifier de nouvelles. Il revient en l'occurrence à chaque canton d'évaluer, en fonction de son propre contexte, l'ampleur du travail à fournir pour atteindre l'objectif fixé.

Les recommandations de la CDIP touchent au domaine de compétence des cantons et portent notamment sur les thèmes suivants: optimiser davantage le processus relatif au choix d'une profession ou d'une école, soutenir les titulaires de l'autorité parentale dans l'accompagnement de leurs enfants (par le biais, par exemple, d'informations appropriées), encourager les formations de rattrapage et la validation des acquis, assurer un suivi pour les jeunes en difficulté, mettre à disposition des offres de formation continue pour les enseignants et autres spécialistes concernés par la transition scolarité obligatoire – degré secondaire II.

Certaines recommandations concernent tous les élèves. Celle ayant trait au processus relatif au choix d'une profession en est un exemple: grâce aux objectifs nationaux de formation qui ont été développés par la CDIP et qui décrivent les compétences fondamentales à atteindre au terme de la scolarité obligatoire, il sera ainsi possible, dans les années à venir, de mieux faire correspondre les prestations scolaires des jeunes avec les exigences qu'ils doivent remplir au niveau de la formation professionnelle (voir à ce sujet le projet Profils d'exigences scolaires pour la formation professionnelle initiale, lancé par l'Union suisse des arts et métiers et la CDIP). D'autres mesures visent plus particulièrement les jeunes en difficulté, comme le suivi individuel (case management) qui est déjà en place dans une majorité de cantons.

Large approbation lors de la procédure d'audition

Les recommandations de la CDIP ont été soumises, de début février à fin mai 2011, à une procédure d'audition à laquelle ont pris part les départements cantonaux de l'instruction publique, diverses conférences spécialisées de la CDIP ainsi que les associations faîtières d'enseignants (ECH et SER), audition dans le cadre de laquelle elles ont été largement approuvées. Les recommandations se fondent sur les résultats du projet Optimisation de la transition scolarité obligatoire – degré secondaire II, réalisé entre 2006 et 2010 par la CDIP en collaboration avec les partenaires de la formation professionnelle.

Renouvellement prévu de l'engagement de 2006

Les efforts des cantons ne doivent pas être considérés isolément. En effet, pour atteindre les 95 % visés, il est nécessaire de maintenir une collaboration étroite et concertée entre la Confédération, les cantons et les organisations du monde du travail. C'est la raison pour laquelle la CDIP va, dans les mois à venir, inviter les différents partenaires de la formation professionnelle à renouveler officiellement leur engagement de 2006 concernant la transition scolarité obligatoire – degré secondaire II.

Quelques chiffres concernant le secondaire II: en Suisse, 10% des jeunes adultes n'achèvent pas de formation qualifiante au degré secondaire II. Selon des estimations, 3 à 4 % d'entre eux ne franchissent pas le premier cap, à savoir le passage entre la scolarité obligatoire et le degré secondaire II. 4 à 5 % des jeunes sortent du système après résiliation de leur contrat d'apprentissage et 2 à 3 % échouent aux examens de fin d'apprentissage, même après plusieurs tentatives.

Le rapport 2010 sur l'éducation a montré qu'aujourd'hui déjà 95 % des jeunes nés en Suisse possèdent (toutes nationalités confondues) un diplôme du secondaire II, ce qui n'est pas le cas des jeunes qui n'ont pas suivi toute leur scolarité en Suisse et qui sont moins nombreux à obtenir un tel diplôme. 

Editeur:
Service de presse du Secrétariat général de la CDIP
+41 (0)31 309 51 11

 

Accès direct

Contact

Service de presse du
Secrétariat général de la CDIP
+41 (0)31 309 51 11